Weekend à Londres : Shakespeare’s Globe Theatre



Pack Gratuit : Cours d’Anglais et tout plein d’Infos ! – Cliquez ici



Weekend à Londres : Shakespeare’s Globe Theatre, voilà une étape culturelle passionnante ! … Tout d’abord, une visite rapide:

 

Le Globe Theatre se trouve sur South Bank, endroit très branché qui foisonne d’activités culturelles.

C’est en quelque sorte le troisième du nom. Ce nom de « Globe » vient de la maxime en latin qui était apposée à l’entrée : « chaque personne dans le monde est un acteur »

L’église était à l’époque très critique envers le théâtre, qu’elle appelait « le nid du diable ». C’est pourquoi les théâtres étaient d’habitude juste à l’extérieur des murs de la ville, car les règles y étaient différentes et  ils n’étaient pas réellement autorisés dans l’enceinte de la ville.

Pourtant c’était très populaire et considéré comme abordable, les places les moins chères étaient à la portée de toutes les bourses.

A l’époque, tous les acteurs étaient des hommes, le métier n’était pas autorisé aux femmes.

A noter également que les représentations avaient lieu pendant la journée parce qu’il n’y avait pas assez d’argent pour acheter les bougies qui auraient pu éclairer la scène.

Le théâtre fut totalement détruit par un incendie le 29 juin 1613, le toit de chaume ayant pris feu pendant une représentation de la pièce « Henry VIII ».

Il fut immédiatement reconstruit au même endroit avec un toit en dur, mais fut fermé en 1642 par les puritains, comme tous les théâtres, et démoli en 1644 pour faire place à des logements.

Il a été rebâti récemment le plus près possible de son lieu d’origine – à une rue de là – essentiellement grâce à l’initiative d’un acteur et réalisateur américain nommé Sam Wanamaker et passionné de Shakespeare. Sam Wanamaker constitua une fondation en 1970 pour mener à bien son projet. Le nouveau théâtre fut terminé et officiellement ouvert en 1997. Wanamaker était hélas mort depuis 1993.

Le nouveau Shakespeare Globe Theatre a été reconstruit le plus fidèlement possible par rapport à l’original, mais avec les contraintes et améliorations de son temps. C’est la même variété de bois qui a été utilisée : le chêne vert. Et les mêmes techniques de construction et d’assemblage quand c’était possible. Le nouveau bâtiment est une réussite.

Il faut noter que le nouveau théâtre a bénéficié d’une autorisation exceptionnelle pour être couvert d’un toit de chaume, ceux-ci étant interdits à Londres depuis le Grand Incendie de 1666.

Par ailleurs, le bâtiment est aux normes de sécurité et d’hygiène moderne, notamment en ce qui concerne les sorties et les portes coupe-feu. Et un endroit pour se restaurer.

On retrouve la disposition du théâtre d’origine, un parterre à ciel ouvert (parapluies interdits, vente d’imperméables à prix modique) où les spectateurs, comme les « groundlings » du temps de Shakespeare (jusqu’à 700 personnes) assistent debout au spectacle pour la modique somme de 5 Livres, mais je ne sais pas si l’interaction avec les comédiens est aussi grande qu’aux origines : en effet, le public complimentait les acteurs, ou les huait et leur lançait des projectiles s’ils n’aimaient pas le spectacle ! Il est cependant possible que cette proximité crée une atmosphère particulière grâce à laquelle tout le monde se sent impliqué dans le spectacle.

Le reste des spectateurs est assis dans les trois galeries couvertes qui courent tout autour de la salle (Eviter la section D qui a une moins bonne visibilité).

Le Globe Theatre monte principalement des pièces de Shakespeare, mais on y joue aussi chaque année de nouvelles pièces, écrites spécialement pour le « Globe ». Un peu comme au temps du Maître, quand ses pièces étaient toutes des nouveautés.

La saison va de la fin avril à la mi-octobre.

Sources : Wikipedia, www.shakespearesglobe.com, www.i2itravel.com